jeudi 28 juin 2018

Bruno II Trigance et la Bibliothèque du Château

Exceptionnellement, Modernités Latines publie pour l'été quatre romans ! D'un coup ! 1200 pages en tout (en gros). Ils sont là, tous les quatre, dans la colonne à droite !
Intersidéraux, écologiques... où la terre est sauvée, où l'on découvre ce que pourraient être les institutions politiques et la sexualité (entre autres) dans un avenir qui se compte en millénaires.
Et c'est en même temps la chronique pertinente et délirante de la vie d'une grande ville méditerranéenne (devinez laquelle) : après l'opus d'ouverture, "Synthèse Loufoquaine", arrive le Commissaire Garlaban (on croirait l'avoir connu), pour trois volumes d'aventures... dont certaines en Corse. Regardez dans la colonne à droite et vous en saurez plus (si vous êtes sur mobile, basculez sur la version web en bas de page pour afficher cette colonne). Il sont tellement indescriptibles qu'il a fallu créer une collection spéciale pour leur auteur, Bruno II Trigance : "la Bibliothèque du Château". Ceci dit, ils sont très bien et tout à fait à leur place chez Modernités Latines dans ses axes de travail : refus de la table rase et sens de l'histoire (zou ! 200 millénaires en avant), fusion avec la nature... mais... heu... pour le sens de l'épure, on vous dira un autre jour, quand vous les aurez lus.
Et pour les recevoir à la maison, il suffit de cliquer sur leur couverture, oui, juste là, dans la colonne à droite.

Trois contes du Cruzzini


Pour l'été 2018, Modernités Latines retourne au pays et se risque en Corse,  sur les sentiers du Cruzzini (et des Due Sorru !). Pourquoi pas ?  Les trois axes de recherche sur la modernité en pays latin de Modernités Latines : respect du passé et refus de la notion de table rase, inclusion de la nature, ouverture aux spiritualités, sont bien présents dans ces trois premiers contes du Cruzzini de Pia Strega.

Alors voici trois histoires du Cruzzini,  cette vallée secrète de Corse du Sud qui tire son nom de la rivière du même nom, un affluent du fleuve Liamone.
Elles font ressentir l'atmosphère et l'imaginaire particuliers, reconnaissables entre tous, de ce coin de montagne qui s'offre seulement à qui sait l'atteindre.
Et pour cela, il faut avoir du cœur.
Ce sont des contes d'aujourd'hui. Mais on y trouve le rythme, la vie et les rêves qui sont l'originalité de cette région du monde.
Ils se transmettent à travers les années, et la patine du temps qui passe  les magnifie.

Qui est Pia Strega, l'auteur ? Certainement une sorcière parmi toutes celles qui ont peuplé de tous temps l'endroit, et qu'on ne reconnaît pas toujours tant elles se fondent dans le paysage. Contrairement à certaines de ses ancêtres, elle ne doit pas encore être pétrifiée au milieu des rochers qui scandent les montagnes. Elle habite peut être une grotte qui a échappé aux cartographes, ou dans une forêt profonde. En tous cas elle écrit. Et, si elle jette peut être parfois des sorts, ils sont la plupart du temps bienfaisants, ce que vous confirmeront beaucoup d'enfants et d'animaux qui la rencontrent au détour du virage d'un sentier, pour écouter ses histoires et lui en dire de nouvelles. 

Deux notes, au fil des pages, apportent quelques précisions sur ce que sont les stantari et les mazzeri. Comment a-t-on pu vivre avant de les avoir lues ?

* Livre broché, 30 pages, 14 x 0,2 x 21,6 cm : 6,5 €.

Disponible sur Amazon (recopier le lien ci dessous dans la barre d'adresse de votre navigateur) :
https://www.amazon.fr/Trois-contes-Cruzzini-Pia-Strega/dp/1721686223/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1530479292&sr=8-1&keywords=trois+contes+du+cruzzini

mercredi 13 juin 2018

La Chapelle de la Transfiguration


Accrochée sur les premiers contreforts du Mont Faron à Toulon, la Chapelle de la Transfiguration conçue et réalisée par Jean-Gérard Mattio est un témoignage marquant et audacieux du mouvement moderne.

Elle a reçu le label Patrimoine du XXe siècle attribué par le Ministère de la Culture et de la Communication en 2015. Elle est une des œuvres majeures de l'ensemble d'architectures, objets, œuvres plastiques et recherches théoriques destinées à l'enseignement que laisse l'auteur.

Ouverte sur le large par les rythmes d'une baie vitrée qui offre au regard l'ensemble de la rade derrière l'autel, la Chapelle de la Transfiguration offre un parcours de lumière, de lignes fortes et cohérentes qui incite au retour sur soi à la projection vers le monde, en osmose avec la nature universellement habitée et la spiritualité.

Autour d'Alice Mattio, Florence Sarano, le Frère Benoît Pekle et Daniel Bombert en explorent et révèlent ici le sens, le contexte et les caractéristiques à la fois puissantes et discrètes.

Enfin, l'auteur présente lui même, dans une interview, sa démarche.

* Livre broché, 39 pages, 14 x 0,2 x 21,6 cm : 7,5 €. 

Disponible sur Amazon (recopier le lien ci dessous dans la barre d'adresse de votre navigateur) :
https://www.amazon.fr/Chapelle-Transfiguration-Patrimoine-si%C3%A8cle-Jean-G%C3%A9rard/dp/1530755891

Pascaline Richtarch-Castellani: Traverser l'espace (avant l'image)


Un style, une langue chorégraphique singulière : absolument contemporaine, où quelques angles intègrent l'histoire, dont elle ne fait pas table rase - avec un regard critique, parfois amusé. 39 pièces chorégraphiques de Pascaline Richtarch-Castellani, depuis "Sans Ailes" (Musée de Toulon, 1983), jusqu'aux curieux objets qu'elle produit aujourd'hui : nous dirons que ce sont des installations chorégraphiques qui ouvrent à la lecture de l’œuvre de peintres en s'y inscrivant.

Voici tout ce qu'il faut pour comprendre l'histoire de ce passage singulier de l'espace du corps physique à l'espace du corps image.

Des notes de travail, des dessins, des gestes poétiques, des photographies, des essais théoriques...

Une multitude de personnages et de symboles : Poulenc, Rosella Hightower, une Alfa Roméo décapotable, bien d'autres, des peintres, des plasticiens, des cinéastes, des musiciens, des écrivains...

Daniel Bombert présente cette moisson où l'on prend conscience de la construction d'un travail éthique et naturaliste dont la cohérence s'approfondit au fil des créations.

On lira également des travaux de l'écrivain Jacques Serena dans son rapport avec la danse de Pascaline Richtarch-Castellani, du psychiatre Michel Delage. Des écrits de Philippe Franco, de Serge Gonnet - sur la musique, Isabelle Singer - sur le rapport au cinéma. La danse est bien un art majeur : elle ouvre à la lecture de tous les autres.

* Livre broché, 132 pages, 14 x 0,2 x 21,6 cm, prix : 9,5 €. 

Disponible sur Amazon (recopier le lien ci dessous dans la barre d'adresse de votre navigateur) : 
https://www.amazon.fr/Pascaline-Richtarch-Castellani-Traverser-lespace-limage/dp/1533383030